Le déploiement de la télémédecine

Publié le : 02/04/2015 02 avril Avril 2015

Le groupe de travail sur la télémédecine réuni dans le cadre du Comité Stratégique de Filière Santé a rendu le 27 mars 2015, un rapport fixant des engagements visant à faciliter le déploiement de la télémédecine.


Ce groupe de travail associe les représentants des pouvoirs publics (DGOS, DSSIS, DGE, DGRI, ASIP Santé, ANAP, HAS, CNAMTS, ANSM) et des syndicats industriels (SNITEM, Syntec Numérique) et a pour objectif de permettre l’émergence d’une stratégie industrielle en matière de e-santé (projet nommé « mesure 33 »).
Les industriels se sont fixés pour objectif d’atteindre d’ici à 2017 le chiffre de 50 000 patients télésuivis puis de passer à un million en 2020. Le focus est mis sur l’insuffisance cardiaque, le diabète insulinotraité, l’hypertension artérielle sévère et l’insuffisance rénale chronique, quatre maladies chroniques jugées prioritaires. L’objectif fixé pour 2020 tendrait à une prise en charge de 30 % de patients chroniques dans les pathologies chroniques citées, ce qui permettrait notamment la création de 15 000 emplois.
L’accélération du déploiement de la télémédecine en France est un enjeu majeur à l’heure où le marché international s’ouvre et se développe à grande vitesse mais reste dominé par les Etats Unis (qui représentaient 75% des patients télésuivis dans le monde en 2012 selon une étude d’inMedica). Les industriels ont pour ambition de faire de la France un leader mondial de l’e-santé. Il s’agit donc pour les acteurs publics et privé de dépasser le stade de l’expérimentation et de généraliser la pratique de la télémédecine.

Sources :
 

Historique

<< < 1 > >>